• Cassie mit les gants blanc qu’on lui avait fourni et sortit doucement la petite liasse portant le numéro « 74.3 ».

    « Ce sont des clichés de la ville ! » s’émerveilla-t-elle en voyant les légendes.

     

    Je les observai moi aussi. Je connaissais ces lieux. Je les avais tous arpentés à la recherche de mon amie. Bien sûr, ils avaient incroyablement changés. Les routes avaient remplacé les lignes de tramway, les jeans les jolies robes des dames de l’époque.

     

    Je n’avais pourtant aucun doute. 

    Ce café, je m’y étais rendu pour demander au barman s’il connaissait une jeune fille du nom de Hannah Reeves. 

    Aux enfants sur cette place j’avais décrit sa chevelure corbeau reconnaissable entre mille.

    Je m’étais rendu à ce théâtre dans l’espoir de la voir débarquer sur scène. 

    Je l’avait cherchée parmi les statues de ce musée. 

    Fr 33


  •  

    À l’intérieur, bien enveloppées dans du papier de soie se trouvaient une centaine de très vielles photos.

     

    Des photos datant des années 1900.

    FR 32b

    FR 32b


  • Je m’étais attendu à des kilomètres d’étagères, comme à l’université, mais la salle n’était en fait pas plus grande qu’une chambre d’étudiant. Il y avait une odeur légèrement âcre, de poussière et de métal un peu rouillé. Dans cette petite pièce il n’y avait que des boites en carton élimé et friable.

     

    La mention « 130.73.8 - 130.75.5 » était écrite à la plume sur une grande étiquette cerclée de métal.

    Cassie souleva avec précaution le carton et de peur que le fond ne se rompe je l’aidai à maintenir l’ensemble. Ce n’était finalement pas très lourd.

     

    Autour de la table de consultation nous retînmes notre souffle.

    FR 32


  • Dans le hall de la bibliothèque municipale, Cassie s’approcha de l’accueil et échangea quelques mots avec l’employée, lui présenta sa carte d’étudiante ainsi qu’un papier attestant de son autorisation. Comme la bibliothécaire décrochait son téléphone, je croisai les doigts pour que nous ne nous fassions pas refouler.

    Finalement, elle remit un badge magnétique à mon équipière et lui indiqua comment trouver son document.

     

     

    Le bâtiment était un vrai labyrinthe et comme il n’était normalement pas accessible au public aucune pancarte aimable n’était là pour nous renseigner. Après quelques détours inutiles nous franchîmes une porte recouverte de cuir brun.

    FR 31


  • FR 30

    Cette fois j’osai une remarque.

     

    « Je trouve qu’on a un peu trop de chance. Ou du moins que tu en as un peu trop.

    - Qu’insinues-tu ? Je pourrais te retourner la remarque avec tous tes  codes.

    Ce n’est rien ça, dis-je modestement et peu convaincu.

    - Et on n’est pas entre les mains du hasard. Hannah veut qu’on la retrouve. Elle savait que j’avais accès à ces archives. Elle me fait confiance pour la retrouver. Elle te fait confiance aussi. Ne la décevons pas. »

     

     

    Je décidai de la croire.

    FR 30





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique